l'avion de Solheimasandur

Un crash d’avion , voilà une attraction touristique à voire sur les côtes Islandaise. Je suis pas sûre que vous savez de quoi je parle. Il est là en réalité depuis des décennies sur cette plage sans que personne ne parle de lui,  et subitement voilà qu'il devient un incontournable  d'un séjour en Islande. Sa  popularité remonte à deux ans, grâce aux blogs et aux réseaux sociaux. Pourtant, la carcasse est là depuis 1973, mais peu de gens le savaient ou ne pouvaient  localiser  l'avion précisément. L'endroit  me fascinait comme beaucoup d'autres touristes, vu le nombre de personnes rencontré sur place.

Il était donc au programme de mon séjour,  j'ai consacré une demi journée  pour me rendre sur le lieue. Il faut avouer que c’est impressionnant à voir, un avion écrasé, abandonné sur une plage de sable noir.

Donc je Localise le lieu , perdu sur une plage de sable noir de la côte sud de l’Islande, située juste en-dessous du Mýrdalsjökull, et là je trouve l’épave d’un vieux DC-3 de l’armée américaine qui s’est abîmé là il y plusieurs décennies. Lieu étrange, et paysage de rêve, l’avion de la plage de Sólheimasandur vaut le détour.

Il y a peu, il était encore inconnu, il fallait une bonne organisation  pour  le trouver . Aujourd’hui, c’est devenu un incontournable pour toute personne qui suit  les blogs voyages : l’avion crashé de la US Navy  Justin Bieber lui même y  a tourné son  clip ! (c'est vous dire !)

Pour le trouver,  prendre la route 1, entre Solheimajokull et Dyrhólaey, l' embranchement sur la droite  qui permet d’accéder à la piste qui y mène est désormais fermé . Mais il y a toujours une bonne cinquantaine de  voitures garées à l’entrée, vous ne pourrez donc pas la rater. Vous faites donc comme tout le monde  vous garer  votre voiture, et vous prenez à pied le chemin de 4 km qui vous y emmènent . Compter  quand même 45 à 50 min aller , et la même chose au retour.

 

L'histoire...

 

Une journée d'automne, le 24 novembre 1973 , un avion américain de l’U.S. Navy  en perdition est obligé de se poser d’urgence sur une plage,  cet avion, un Super DC-3 de chez Douglas est pris dans le mauvais temps.

En manque de carburant, son pilote doit donc faire son possible pour atterrir et sauver l’équipage. Il arrive à  le poser sur la plage de Sólheimasandur sans trop de dommage, l’équipage est ensuite secouru par  hélicoptère de l’US Air Force  en provenance de l’aéroport de Keflavik.

L’avion est ensuite abandonné par l’armée américaine, qui  retire les pièces détachables. Les 4,5 tonnes du fuselage de l'avion  resterons sur cette plage  plusieurs décennies,  soumis aux déchaînements des éléments islandais. Vent, pluie, neige et soleil vont  détériorer la carlingue.  40 ans plus tard, le DC-3 de Sólheimasandur est bien abîmé, il lui manque  les ailes et la queue, et son fuselage est criblé de trous.  L’avion est donc toujours sur cette superbe plage de sable noir , sur la côte sud de l’Islande et à proximité des grands glaciers de l’ Eyjafjallajökull et de Mýrdalsjökull, entre l’arche de Dyrhólaey et la cascade de Skógafoss. La région est  magnifique, tout comme le lieu et les paysages autour de l’épave !

Des légendes entourent l’épave de l'avion  de Sólheimasandur. Une de c'est légendes dit qu’un fermier  aurait découvert qu’un des réservoirs de l'avion était plein,  erreur des pilotes!!!. et qu'il put  récupérer l’ensemble du carburant et faire fonctionner ses engins!   La queue fut vendue à un hôtel qui avait pour thème l’aviation (original non!!!).

 

 

Les coordonnées GPS pour trouver l’avion de l’US Navy :

 

L’embranchement de la piste avec la route 1 : 63.491275, -19.363030

L’emplacement de l’avion en lui-même : 63.459523 -19.364618

 

 

Si-dessous:      vidéo  timelapse Iceland  

       Bjarnarhöfn  (Hakarl)

Les requins pour Repas

 

Le nom de ce plat traditionnel à base de viande de requin faisandée signifie « requin pourri ». Même si certains Islandais en mangent, la plupart estiment qu’il est dégoutant et que c'est une attraction pour les touristes  bien choisie et amusante. Il semblerait que certains visiteurs - les gens originaires des Alpes - le comparent à du vieux fromage beaucoup trop affiné, mais les gens plus normaux le trouvent  répugnant.  La plupart des gens s’accordent pour dire que ce plat a le goût  supposé de la chair en décomposition. Mais ce qui le rend  écoeurant, c’est l’explosion d'ammoniaque qui se dégage de chaque bouchée. Pour  manger du requin  il faut  visiter la ferme de Bjarnarhöfn, située sur la péninsule par ailleurs magnifique de Snæfellsnes, dans l’ouest de l’Islande. La ferme,existe « depuis l’an 866 », et est le principal lieu de la production islandaise de hákarl , accessible depuis Reykjavík , l’aller-retour est faisable dans la journée en allant au Kirkjufell, pousser quelques kilomètres de plus pour arriver à la ferme.

 

Le requin doit-être pourri! La chair de requin faisandée et décomposée pendant plusieurs mois est un met raffiné en Islande où les menus traditionnels sont aussi extravagants que cette terre de volcans et de glaciers. Dans le centre de Reykjavik certain restaurant servent ce plat, le hakarl, dans un bocal bien fermé "pour éviter que les parfums ne s'échappent". Ces charmants arômes sont un mélange d'ammoniac et de camembert en décomposition. Ils se dégagent d'une chair qui a bien une texture de poisson mais qui picote et brûle la langue. Il faut ensuite une bonne dose de Brennevin, la gnôle locale, pour se rincer la bouche et insensibiliser les brûlures.

Le hakarl n'est qu'un des aspects de cette exotique gastronomie islandaise. Baleine, renne, cheval, testicule de bélier, tête de mouton et même macareux, ce palmipède au bec multicolore, sont aussi au menu. Ce ne sont pas des plats pour des petites natures!!! La plupart des viandes sont d'abord fumées selon la méthode ancestrale utilisée pour conserver la nourriture. Mais pour le requin c'est différent. Le squale est enterré sous des cailloux  pendant deux mois pour drainer les acides provenant de l'urine puis il est pendu pour une autre longue période, avant dégustation, ou régurgitation ?.